Pour mieux comprendre tous les détails des interviews, vous pouvez lire cette biographie articulée autour des années importantes de la vie de Dorothée.

1953 : Naissance à Bourg-la-Reine (92)

Le 14 juillet, naissance de Frédérique Hoschedé à Paris. La fillette grandit à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine. Maurice, son père, est ingénieur. Sa mère, Jacqueline, est mère au foyer. Frédérique a un frère : Jean-François. Frédérique Hoschedé est une des descendantes du peintre Claude Monet.

Frédérique Hoschedé dans les années 1950

1971 : rencontre avec Jacqueline Joubert

Au lycée, à l’occasion d’un concours de théâtre amateur, Frédérique Hoschedé, 18 ans, met en scène la pièce « Un caprice » d’Alfred de Musset. Elle remporte le premier prix du jury. Parmi ceux qui lui décernent ce prix, on trouve Jacqueline Joubert, ancienne speakerine et productrice d’émissions pour la deuxième chaîne de l’ORTF.

1973 : Blablatus

Jacqueline Joubert rappelle Frédérique Hoschedé. À 20 ans, la jeune fille fait ses débuts à la télévision. Elle prend pour pseudonyme Dorothée et co-présente l’émission « Les mercredis de la jeunesse » avec la marionnette Blablatus. L’année suivante, Dorothée devient chroniqueuse dans Les visiteurs du mercredi. Elle est remerciée au bout de quelques semaines, jugée « pas faite pour présenter des émissions pour la jeunesse ». Elle co-anime le jeu Réponse à tout sur TF1. L’émission s’arrête à l’été 1975.

Dorothée et la marionnette Blablatus

1977 : Dorothée speakerine sur Antenne 2

Pendant 2 ans, Dorothée a enchaîné les petits boulots, loin de la télévision. Poussée par Jacqueline Joubert, qui ne l’a pas oubliée, Dorothée se présente au concours des speakerines d’Antenne 2. Dorothée réussit : le 1er avril, elle fait sa première annonce. À partir de septembre, elle retrouve les émissions jeunesse avec Dorothée et ses amis, un petit programme diffusé le matin.
Toujours en 1977, deux amis, Jean-Luc Azoulay, secrétaire de Sylvie Vartan, et Claude Berda, vendeur de jeans, fondent AB Productions, une société d’éditions musicales.

« Dorothée et ses amis », en 1977.

1978 : Récré A2

Jacqueline Joubert accède à la tête des programmes jeunesse d’Antenne 2. En juillet, Dorothée devient l’animatrice d’une nouvelle émission : Récré A2. L’émission n’est prévue que pour l’été, elle est reconduite à la rentrée. Autour de Dorothée, on retrouve Patrick Simpson-Jones, Jacky, Ariane Gil, Cabu et William Lemeyrgie. La programmation de l’émission est constituée en partie de dessins animés japonais : Goldorak, Candy ou Albator 84.

Le générique de Récré A2, interprété par Dorothée.

Dorothée et une partie de l’équipe de Récré A2 : Ariane Gil, Patrick Simpson-Jones et William Lemeyrgie.

1980 : premier album et premiers pas au cinéma

Dorothée devient actrice. Elle est repérée par François Truffaut qui lui propose le rôle de Sabine dans « L’amour en fuite», dernier volet de la série Antoine Doisnel. La même année, elle joue dans « Pile ou face » avec Michel Serraut et Philippe Noiret.
Parallèlement, Dorothée enregistre son premier disque : « Dorothée au pays des chansons », publié chez AB Productions. Cette comédie musicale est jouée sur scène, à Noël, à l’occasion d’un spectacle gratuit sur le Champs de Mars.

– Je me vêts.
– Tu t’en vas ?
- Oui, mais avant je me vêts, avec un accent circonflexe.

L’amour en fuite de François Truffaut, 1980.

1981 : premier Olympia et « Rox et Rouky » dépasse le million d’exemplaires

Dorothée joue « Dorothée au pays des chansons » à l’Olympia. Elle enregistre également le spectacle en studio, il est diffusé sur Antenne 2 à Noël. La même année, pour AB Productions et Antenne 2, Dorothée réenregistre les chansons traditionnelles françaises, c’est la collection « Le jardin des chansons », également connue sous le nom Discopuce. Dorothée devient l’ambassadrice de Walt Disney France : elle interprète la chanson « Rox et Rouky », son premier succès commercial, 1 100 000 exemplaires vendus.

1982 : Hou la menteuse, elle est amoureuse…

Dorothée revient à l’Olympia avec une nouvelle comédie musicale, « Dorothée au royaume de Diguedondaine ». Elle enregistre une nouvelle chanson, « Hou la menteuse », son plus gros succès : 1 300 000 exemplaires. L’album du même nom se vend, lui, à 1 500 000 exemplaires.

La célèbre pochette de « Hou la menteuse », un album paru en 1982.

1983 : Les Schtroumpfs

Dorothée part en tournée d’été avec Carlos et Jean-Pierre Foucault. Elle présente sa nouvelle comédie musicale, « Pour faire une chanson », titre de son nouvel album. Avant cela, Dorothée a interprété le générique du dessin animé « Les Schtroumpfs ». Pour Noël, elle est choisie par Antenne 2 pour assurer un show diffusé à 20h30, « Dorothée le show ».

« Les Schtroumpfs », en 1983.

1985 : Victoire de la Musique

Dorothée s’investit dans la production de Récré A2 et lance Récré A2 matin, première émission française en direct le matin. Dorothée chante « Allo allo monsieur l’ordinateur » et « Les petits Ewoks ». Elle obtient la Victoire de la Musique du meilleur album pour enfants. Cette année-là, elle vend plus de 700.000 disques. En décembre, Dorothée présente sa nouvelle comédie musicale, « On va faire du cinéma ».

Le clip de « Allo allo monsieur l’ordinateur »

L’affiche de la comédie musicale « On va faire du cinéma »

1986 : Dorothée au Zénith

« Maman», la nouvelle chanson de Dorothée, se hisse à la quatrième place du TOP 50. Il s’agit du meilleur classement de Dorothée. En décembre, fini les comédies musicales : Dorothée monte pour la première fois sur la scène du Zénith de Paris avec un spectacle de variétés.

« Allo allo monsieur l’ordinateur » au Zénith en 1986.

1987 : départ pour TF1, début du « Club Dorothée »

TF1 est privatisée. En mai, Dorothée signe avec la chaîne, provoquant la colère de Jacqueline Joubert. Dorothée est aussitôt mise à pied d’Antenne 2. L’animatrice prépare son retour : elle tourne un téléfilm, Les aventures de Dorothée et, en septembre, elle apparait pour la première fois sur TF1. Au passage, Dorothée devient directrice de l’Unité Jeunesse de la chaîne. La nouvelle émission de Dorothée s’appelle Club Dorothée, elle est produite par AB Productions. Dorothée retrouve une partie de ses collaborateurs d’Antenne 2 : Ariane, Jacky, Corbier, Patrick. Avec son nouvel album Docteur, Dorothée retourne au Zénith. Dans la foulée, TF1 lui confie le show du 26 décembre, c’est Show Dorothée avec Lio, Michel Denisot, Carlos, Emmanuelle…

L’équipe du Club Dorothée : Patrick Simpson-Jones, Lionel Gédébé, Dorothée, Jacky, Ariane Carletti et François Corbier.

1988 : La Plaine-Saint-Denis

Avec Attention danger, son nouveau disque, Dorothée connaît sa troisième série de concerts au Zénith. Le rythme des journées de Dorothée devient infernal : le Club Dorothée est programmé quotidiennement sur TF1, l’animatrice et son équipe jouent dans la sitcom Pas de pitié pour les croissants. La même année, AB Productions lance le premier magazine à l’effigie de Dorothée : le Club Dorothée Jeux. La société prend pleinement possession de ses studios, construits à La Plaine-Saint-Denis.

Le bâtiment d’AB Productions à La Plaine-Saint-Denis. (1)

Extrait du « Club Dorothée »

1989 : Tremblement de terre et le Dorothée Magazine

Dorothée part en tournée de janvier à avril. En septembre, elle publie un nouvel album, « Tremblement de terre ». AB Productions lance l’hebdomadaire Dorothée Magazine, 436 numéros entre 1989 et 1998, et une nouvelle série, Salut les musclés. C’est le début des fameuses « sitcoms AB ».

Le clip de « Tremblement de terre »

1990 : Dorothée à Bercy

En janvier, Dorothée donne une série de concerts au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Elle se lance dans une nouvelle tournée, jusqu’au printemps. En mai, Dorothée se produit à Shangaï. Son spectacle est retransmis à la télévision chinoise devant 650 millions de téléspectateurs.

L’affiche de Dorothée à Bercy en 1990

1991 : le CSA s’en mêle…

Le Club Dorothée s’étoffe : en plus du Jacky Show programmé depuis 1987, le Club se dote d’un programme de défense de la nature et des animaux Terre Attention Danger et d’une émission de vulgarisation scientifique, Club Science avec Michel Chevalet. Les programmes de Dorothée sont de plus en plus décriés : en mai, le CSA dénonce le dessin animé « Très cher frère », TF1 est condamnée à diffuser un message d’excuses avant le journal de 20 heures. Malgré ces critiques, TF1 confie une nouvelle fois sa soirée de Noël à Dorothée avec le show Le cadeau de Noël. Côté disques, Dorothée chante « Les neiges de l’Himalaya« .

1992 : Hélène et les garçons

AB Productions vient de lancer sa sitcom Premiers Baisers. En mai, la société produit Hélène et les garçons, un succès qui devient un phénomène de société. Cette même année, Dorothée revient à Bercy pour 12 concerts en… 9 jours. A la clé, nouvelle tournée pour Dorothée avec un second passage par la Chine. Pour la rentrée, Dorothée retrouve une nouvelle fois les honneurs du prime-time avec le show Le cadeau de la rentrée.

« Où est le garçon » à Bercy en 1992?

1993 : Dorothée et Ray Charles

Bercy, troisième. En janvier, Dorothée prend les rênes de Des millions de copains, une émission caritative. En octobre, nouveau prime-time : Dorothée Rock’n'roll show. Un second numéro est programmé le soir du 31 décembre. Dorothée y reçoit Ray Charles, Chuck Berry ou Percy Sledge

Dorothée et Jerry Lee Lewis en 1992.

1993, Ray Charles et Dorothée

1994 : AB Productions, 1 milliard de francs de chiffre d’affaires

AB Productions publie son chiffre d’affaires pour l’année 1993 : 1 milliard de francs. Avec son album « 2394« , Dorothée retrouve une nouvelle fois Bercy. La carrière de Dorothée amorce son déclin : la concurrence est rude avec Les minikeums sur France 3, les places de concerts se vendent moins bien, les albums aussi… Dorothée est nominée aux Victoires de la Musique pour son disque live Bercy 93 : à l’annonce de son nom, la salle se met à huer. Le 31 décembre, Dorothée propose un nouveau Réveillon rock’n'roll show. Pour la première fois, l’émission est battue par le réveillon de France 2, elle ne reviendra pas l’année suivante.

Extrait des « 9èmes Victoires de la Musique » en 1994. Dorothée est huée par la salle.

1996 : dernier Bercy

En janvier, Dorothée revient au Zénith, 8 ans après son dernier concert dans cette salle. Le spectacle, qui renoue avec un style très enfantin. Le concert, qui avait été annoncé une première fois pour novembre 1995, ne se joue qu’au Zénith ; la tournée qui devait l’accompagner est annulée. Le film du concert sort pas en vidéo, une première. En octobre, Dorothée publie son dernier album Toutes les chansons du monde. Quant au Club Dorothée, l’émission souffre de la déprogrammation sauvage de Dragon Ball Z. En décembre, Dorothée se produit une dernière fois à Bercy, pour un spectacle au budget réduit : pas de décor, le public autour, une mise en scène minimale… Et, une nouvelle fois, aucune tournée n’est prévue. Pendant ce temps, AB Productions lance le premier bouquet satellite français : AB Sat, concurrent direct du TPS de TF1.

« Des millions de copains » à Bercy en 1996.

1997 : la fin.

Au printemps, TF1 annonce qu’elle supprimera le Club Dorothée de sa grille à l’issue de l’été. Le 29 août 1997, Dorothée tire sa révérence. Dans la foulée, les tournages des sitcoms AB cessent. Le jour de la diffusion du Club Dorothée, l’animatrice perd sa maman, Jacqueline. Dans la presse, Jean-Luc Azoulay et elle-même annoncent différents projets : une chaîne 100% Dorothée sur AB Sat, un nouvel album et une fiction. Rien de tout cela ne verra le jour.

Dorothée lors de sa dernière émission, en 1997.

1998 : « Je ne vous ai pas oubliés »

En janvier, le Dorothée Magazine change de nom et devient D.Mangas. En février, Dorothée se produit dans l’émission de Jacques Martin, L’école des fans. À cette occasion, elle chante un titre inédit : « Je ne vous ai pas oubliés ». La chanson ne sort pas dans le commerce.

« Je ne vous ai pas oublié » chez Jacques Martin en 1998.

1999 : d’AB à JLA

Plan social chez AB Productions. Jean-Luc Azoulay et Claude Berda se séparent. Claude Berda garde AB Productions, renommé Groupe AB. Jean-Luc Azoulay fonde JLA Productions.

2000 : star d’internet

A l’occasion des fêtes de Noël, Dorothée sort de son silence médiatique et accepte un « chat » en direct sur internet, avec ses fans. La conversation n’apporte aucune information sur un retour de Dorothée, mais les photos présentent une Dorothée en bien meilleure forme que sur certains clichés publiés dans la presse people les mois précédents.

Dorothée lors de la soirée Cerclo.com, en décembre 2000.

2002 : le projet Do’TV

Dorothée fait un retour discret devant les caméras, le temps d’une audition face au CSA. L’entretien est retransmis sur Public Sénat. Dorothée est la conseillère éditoriale de Do’TV, un projet de chaîne déposé par Jean-Luc Azoulay et JLA Productions pour la TNT. Le CSA lui préfère le projet Gulli.

2004 : le projet L’Instit

Dorothée tourne deux pilotes. Tout d’abord, une émission de cuisine, intitulée C.Bon la cuisine. Ensuite, Dorothée auditionne pour reprendre le rôle de Gérard Klein dans la série L’instit. L’idée séduit France 2 mais une des responsables de la chaîne fait bloquer le projet.

Un extrait du pilote de « C.Bon la cuisine »

2005 : Dorothée remixée

Pour faire plaisir à son amie Chantal Goya, Dorothée fait une apparition dans l’émission Vivement dimanche. L’émission est un évènement. Profitant du « buzz » qui s’organise autour de Dorothée, Jean-Luc Azoulay fait remixer les tubes de la chanteuse : « Allo allo monsieur l’ordinateur », « La valise » et « Hou la menteuse » connaissent une nouvelle jeunesse avec des clips animés.

« La valise », remixée.

2008 : retour à la télévision sur IDF1

Jean-Luc Azoulay lance IDF1, chaîne locale d’Ile-de-France. La chaîne emploie beaucoup d’anciennes vedettes des années AB Productions comme les comédiens de « Hélène et les garçons » et l’équipe du « Club Dorothée ». L’antenne s’ouvre avec Dorothée et son équipe installés autour d’un gros gâteau, un plan fidèle à la dernière image du Club Dorothée, 11 ans plus tôt. Pendant plusieurs mois, Dorothée présente plusieurs émissions différentes : Choisissez vos animateurs, sorte de « Nouvelle star » version télé, Pas de pitié pour le net, un best-of des meilleures images postées sur internet, et IDBD, un tête-à-tête avec des auteurs de bande dessinée.

« Choisissez vos animateurs » avec Dorothée sur IDF1.

2010 : L’Olympia et Bercy

Dorothée revient à la musique. En mars, elle publie Dorothée 2010, un nouvel album au style calqué sur ses anciens disques. Le 17 avril, Dorothée retrouve la scène de l’Olympia pour 4 concerts. En décembre, elle se produit une nouvelle fois à Bercy. Il s’agit de son 58ème concert dans cette salle, Dorothée est détentrice du record de représentations.

Dorothée à l’Olympia, en 2010.

2011 : Incroyable magie

Nouvelle émission pour Dorothée : Incroyable magie, avec l’illusionniste Laurent Beretta. L’émission est diffusée sur RTL9, une chaîne du groupe AB.

Dorothée et Laurent Beretta.

Jean-Luc Azoulay

(Jean-Luc Azoulay et Dorothée en Chine en 1991. Document inédit.)

Jean-Luc Azoulay est né en 1947 en Algérie. À la fin des années 1960, il devient le secrétaire de Sylvie Vartan. En 1977, avec son ami Claude Berda, il fonde AB Productions, une maison de disques. Leurs premiers artistes s’appellent Nadine Expert, Hurricane Fifi ou Les Allumettes.

En 1980, il produit le premier disque de Dorothée dont il est aussi le parolier sous le pseudonyme de Jean-François Porry. Sous ce pseudo, Jean-Luc Azoulay va écrire toutes les chansons de Dorothée, mais aussi celles d’Emmanuelle, Hélène, des Musclés ou Christophe Rippert. Il est aussi le créateur des sitcoms AB.

En 1999, il se sépare de Claude Berda et monte JLA Productions. Il est aujourd’hui l’un des principaux producteurs de fictions françaises. Il est marié à la comédienne Isabelle Bouysse.

Claude Berda

(Claude Berda et Dorothée, en 2011.) (2)

Claude Berda est né en 1947. Étudiant à Paris, il revend des jeans dans les locaux de l’université. Claude Berda est assurément un businessman, un rôle qu’il assume dans son tandem avec Jean-Luc Azoulay à la tête d’AB Productions.

Il est à l’origine d’AB Sat, le bouquet satellite que lance AB en 1996. Il fait alors introduire 20% d’AB Production à la bourse new-yorkaise et lève 135 millions d’euros.

Cet investissement dans la diffusion et non plus dans la production signe son divorce professionnel avec Jean-Luc Azoulay. Claude Berda prend seul les rênes d’AB Groupe. La société est aujourd’hui spécialisée dans la diffusion de chaînes du cable-sat et dans la distribution audiovisuelle. Claude Berda est aujourd’hui membre du conseil d’administration de TF1 où il remplace Patrick Le Lay.

(1) Source : « docteur-jeje » sur blogspot
(2) Source : Satellifax